Bonjour Madame

Une question que vous avez peut-être déjà abordé,
est-ce qu'il faut préparer le lustre avec un produit spécifique ou du MX54?
et pour l'application pinceau et putoisage, ou, peut-on s'en servir également tout simplement comme couleur?
peut-on peindre directement une fois cuit par dessus en tenant compte des caractéristiques des couleurs
j'ai une dernière question je me perd dans les différents blancs: relief, mélange, couvrant, pour éclaircir une couleur, ou tout simplement peindre une fleur blanche
voilà j'ai des difficultés n'ayant pas de cours dans ma ville,
je peins seule, je suis souvent déçue mais je persévère,
très bonne journée
merci d'avance mais vous n'avez peut-êre pas le temps de répondre,
très cordialement v
violette Bertuzzi

A Violette,

Beaucoup de questions.... Je vais répondre à la première partie, la question sur les différents blancs ayant été posée il y a très peu de temps et vous pouvez donc trouver les explication en déroulant les commentaires...

C'est un sujet vaste qui mériterait à lui tout seul un livre.  Mais résumons:

 Il y a les lustres opaques (certains bleus, le noir, le cuivre, le bronze, l'or brillant et le platine brillant) et toute une rangée de lustres transparentes, dont la palette varie selon les fabricants.

Pour obtenir un beau résultat, toujours y mélanger quelques gouttes de diluant pour or et lustres. Donc pas de MX54 !

Le travail avec les lustres est passionnant.  Des fois inattendu car beaucoup de lustres se présentent sous une couleur brune dans les flacons et ne rendent leurs vraies couleurs chatoyantes, brillantes et irisées qu'après cuisson.  Les résultats peuvent être magnifiques, ou malheureusement très décevants s'ils sont mal appliqués. D'ou la nécessité de préparer un nuancier !

Au cas où une application s'avère désastreuse ou n'a pas rendue la couleur voulue, des possibilités de récupération se présentent:

- Enlever le lustre cuit à l'aide d'un produit comme la rubigine (anti-rouille) ou le gold off.  Attention il s'agit d'acides qui sont à manipuler avec la plus grande précaution.

- Superposer d'autres lustres qui changeront peut être votre idée initiale mais, des fois, en osant se risquer à des essaies imprévus on obtient des résultats de grande beauté.

- Superposer, en putoisant, une fine couche de couleur (contrastant) en poudre ou encore une couleur métallique.

- L' utilisation de la technique du tréssaillage peu faire des petits miracles.

- Appliquer une immersion  avec d'autres lustres ou de métaux précieux.

- Putoiser une couche d'or brillant sur le lustre et, après séchage, craqueler.

 Le travail avec les lustres demande beaucoup de soin.  La poussière est un ennemi de premier ordre. Ayez toujours un plan de travail et un matériel impeccables.

 L'application des lustres peut se faire avec des pinceaux, à l'éponge (au grain très fin), par immersion dans de l'eau et même mélangés aux doigts (technique du balancement des lustres).  Pour cette dernière technique utiliser des gants en caoutchouc car il s'agit de produits qui contiennent des solvants et peuvent provoquer des allergies.

Ne pas hésiter à utiliser une gamme de quatre ou cinq lustres pour obtenir un beau dégradé  et des couleurs subtiles.

Eviter les bandes ou frontières trop nettes en putoisant des lustres.  Pour qu'un dégradé soit réussi il faut fondre les différents lustres qui se touchent, doucement, les uns dans les autres.

Certains lustres "ne s'aiment" pas et ont l'air de se rejeter et forment des taches blanches, pointillées de couleurs. Cette réaction chimique imprévue, visible dès l'application, peut s'avérer intéressante si le peintre sait l'utiliser avantageusement et n'avait pas une idée trop arrêtée.

Lorsque les lustres partent en poudre en passant la main dessus après cuisson, une couche trop épaisse et non diluée en est la raison.

Même correctement dilués, les lustres supportent un petit nettoyage avec un papier absorbant imprégné d'alcool après cuisson.  Tout résidu étant ainsi enlevé le résultat sera encore plus brillant et intense.

Un décor fait à la plume (en gris, noir, baie...) dans une première étape et cuit, se verra toujours après l'application et la cuisson d'une ou plusieurs couches de lustres.

Des lustres putoisés sur un fond de couleur cuit auparavant ne donneront que peu de résultat si ce n'est un effet mat très légèrement irisé.

Par contre on obtient des effets ou même des décors d'une grande douceur en putoisant une fine couche de couleur en poudre  ou métallique par-dessus les lustres déjà cuits.

Un effet de damier ou d'échiquier s'obtient par l'utilisation d'un film plastique adhésif collé sur une couche de lustres cuits et découpé selon la méthode déjà expliquée.  Puis en putoisant sur les lustres une couleur classique ou une couleur métallique.

Un autre effet presque indéfinissable est l'utilisation de film plastique culinaire.  Après avoir putoisé avec soin une couche de lustres, froisser un film plastique.  Couvrir les lustres de ce film avant qu'ils ne soient secs.  Aplatir avec la main sur toute la surface en laissant des plis se former dans le plastique.  Retirer le film tout de suite.  L'effet est immédiat.

Travailler avec les lustres est passionnant, faites des essaies et bravo pour le travail en solitaire...